Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Poésie: La Toussaint

Publié le par lucye

 

la-lumiere.jpg

 

 

Ceux qui nous ont quittés

 

Ils ont franchi la lumière ceux que j'ai aimés,

Ils m'ont fait promettre de ne pas encore décrocher

Mais sur cette terre où j'ai tous mon passé à effacer,

Je ne peux le faire avec les tourments qui m'ont enchaîné

 

Où êtes-vous, vous que j'ai tant aimé dans le passé ?

Ok, dans ma famille terrestre personne ne s'est pardonné,

L'amour est  en moi pour ces personnes incapables de se situer

Je leur dis malgré tout, qu'au nom de Jésus tout est effacé

 

Ils connaissent la parole, mais ne savent pas l'appliquer,

M’emprisonner est pour eux un péché qu’ils ne savent pas situer

C'est dommage, car un jour ils devront creuser pour me retrouver,

Mais à l'heure actuelle un grand bonheur vient de me toucher

 

L'amour.

 

Lucye

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Ma remontée dans le temps

Publié le par lucye

image_149.jpg

 

Ma remontée dans le temps.

 

Les herbes fraîches du matin enveloppent de leurs odeurs mon corps en marche vers la lumière de ce château que j'entrevois au travers de mes paupières plombées,  mon rêve le plus fou. Tout là-bas,  je cligne les yeux vers la lune enrobée d'une écorce orange que je veux saisir pour en goûter le jus étrange. Des petits êtres de lune se posent sur mes draps et me tirent vers la magie de l'espace de mon inconscient.  Le temps est hors de lui-même dans les espaces visités dans mes rêves. Je suis transporté dans un endroit qui me rappelle ces châteaux féodaux, un homme habillé de cuir avec un bracelet en acier,  un casque que je ne peux décrire vraiment, et une croix de templier me barre le passage. Sa beauté me clou sur place, je me vois avec surprise avec une jupe longue en taffetas, je lui fais un sourire forcé pour franchir les immenses escaliers qui se trouvent sur ma droite. Il me laisse le passage, mes hauts talons m'empêchèrent de grimper ces marches en vieilles pierres d'un autre âge.  En fait, ma surprise est grande de me voir déboucher sur une immense vallée où des milliers de gens  me regardaient. Une femme surgit d'une longue allée pour m'accueillir, sa robe bleue qui ressemblait à  l’époque de la renaissance était magnifique, brodée d’or et d’argent... Cette  personne me dit, " heureuse de vous recevoir dans nos neuf cents hectares ! " Je voyais des vallées à perte de vue, des étangs et des vallons. Le ciel était d’un bleu magnifique. Surprise, ils  m'invitèrent pour un repas et je  voyais le sourire et l’accueil de partout ! Une seule chose me gêna, c’est de voir à cet endroit des personnes de ma famille décédée, pas beaucoup, mais deux quand même ! Je me suis bien gardé d’aller les voir, car j’avais la trouille !  Je fus reçue d'une façon incroyable, le sourire était de partout, j'étais habillé d'une façon qui me  plaisait, cela me changeait des jeans ! C’est vrais que je me trouvais belle avec tous ces froufrous, … mais j'ai remarqué que certains étaient d'époques différentes ! Et bien, je vais vous dire ce que je pense, j'ai seulement  remonté dans le temps, et croyez-moi, c’est possible !  Ces gens-là sont vraiment vivants, le passé est le présent, le présent est l’avenir, et le temps n’existe que sur notre planète terre. Ils sont vraiment réels et vivants ! Voici mon rêve...  Qui n'en ait pas un. Croyez-le si vous le voulez, mais je l'ai vécu... Si vous voulez des preuves, il n’y a pas de problème...

 

 

Lucye

Voir les commentaires

L'amitié en vidéo

Publié le par lucye

 

L'Amitié - wideo
5 millions de français auront du mal à se chauffer cet hiver.
Un poète aujourd'hui disparu (heureusement) a dit ; l'amitié réchauffe les coeurs. Alors au nom de notre amitié je vous offre 3 minutes 40 de chauffage.
Lucye

Voir les commentaires

Je reviendrais vers toi

Publié le par lucye

 

Photo070-copie-1.jpg

 

Je reviendrais vers toi 

 

 

J'aime la couleur qui habille ta toile comme une belle sans âge,

Je me sens impuissante de ne pouvoir t'aimer d'avantage

Un sonnet, des vers,  pour découvrir par mes mots tes mystères,

Au bord de ce ravin où je creuse mes teintes sans retrouver tes rêves

 

La présence inconstante de tes nuages dans un désert de feu,

Me donne la migraine, le vertige,  je veux te maquiller de  bleu

En ce jour,  je  quitte le front après maintes réflexions,

Pour revenir à toi, définitivement aguerrie de toutes mes passions

 

Mon but est de  faire une synthèse de toutes mes réflexions,

Pour te révéler les arrières fond de l'abandon de tes teintes sombres

Mes amis m'attendent dans tous les salons, je reviendrais à eux avec raison,

Je franchirais les portes avec mes œuvres sous les bras car je crois à ma passion. 

 

 

Lucye 

 

 

 

Voir les commentaires

Ma photo, ma tristesse

Publié le par lucye

 

vitrails--du-19-octobre-007-copie-1.jpg

 

Ma photo, ma tristesse

 

 

Partout, dans le monde, poètes, chanteurs et écrivains dénoncent les situations de guerre et de violence, les déclarations de haine et les multiples formes de l'exploitation de l'homme par l'homme. Si vous croyez en Jésus de Nazareth, êtes-vous insensible aux cris qui montent de la terre en ce moment? A quel prix faut-il payer la paix et le bonheur? Et la survie....Regarde à portée de ton coeur, mais si je regarde, c'est la désolation, car je n'arriverais jamais à tuer ma tristesse. Oui, tant qu'il pleuvra dans la poitrine de mon enfant, je ne pourrais plus sourire...

 

Lucye

Voir les commentaires

Ma photo, ma croyance

Publié le par lucye

 

vitrails--du-19-octobre-003.jpg

 

 

Ma photo avec mon portable

 

 

J'ai poussé la porte de cette église à Lyon, il régnait un silence et un noir absolu à l'intérieur, sauf les vitraux éclairaient les ombres que je distinguais sur les bancs en train de prier. Un monologue interminable de mots entrecoupé de sanglot sur ma droite où je jetais un regard étonné et furtif...En fait, j'étais venu demander dans cet endroit, une faveur et une guérison à Dieu. L'église de Saint bonne aventure de Lyon, un endroit où tous les marginaux, les mendiants, les sans logis se retrouvent et viennent se protéger du froid à l'intérieur.  J'ai senti une force immense m'envahir, une résurrection venait de se produire dans mon cœur, Malade, je suis guérie, car si tu le demandes au nom de Jésus, notre créateur l'entend, et tu es guéris. C'est cette  affirmation m'a dirigé vers cette personne qui pleurait. Sans la connaître, j'ai ressenti un sentiment étrange de compassion et d'amour pour elle. L'amour pour son prochain est important, il ouvre des portes incroyables, mais il faut le ressentir en sois, et quand je regarde autour de moi, dans ma propre existence, dans mon entourage, ce qu'il se passe dans ma cité, dans le monde, je me dis qu'il n'est pas étonnant que la terre marche sur la tête une  expression imagée  évidemment.

 

 

Lucye 

Voir les commentaires

Peinture poétique

Publié le par lucye

401.jpg

Peinture poétique

Je te regarde dans mes  rêves, m'assoupissant sous mes désirs.

Mon cerveau m'entraîne dans le jardin d'éden
Où j'enjambe la lumière pour te rejoindre dans nos rires,
Je ne veux plus semer dans mes plaies éphémères.


Mon cœur est à toi, je ferme le paragraphe de ma vie,
Je pense à tes doux mots  dont mon cœur est fier
Même  si j'imagine ne serait-ce qu'une nuit,
Que la passion nous détruise sur une mine d'arc-en-ciel.

Mon regard fixé sur tes yeux de rubis
Me transporte en errance dans une dune sèche,
J'arrache les racines d’un figuier enfoui
Pour  soigner  mon âme en lisant un verset.

Un gant de feu te couvre dans ma nuit, ·
Car je rêve de toi, mon amour est sincère,
J'irai bondissant par-dessus les collines
Le ventre doux de la lune m'emmenant vers la mer.

C'est un souvenir si lointain...

 

Lucye

 

Voir les commentaires

Ma photo d'aujourd'hui

Publié le par lucye

 

toutes-dernieres-image-du-11-octobre-002.jpg

 

Ma photo d'aujourd'hui

 

 

Mon quartier, ma cité, mon chez moi...

 

Lucye

Voir les commentaires

Mon cauchemar

Publié le par lucye

accident-velo.jpg

 

 

Mon cauchemar

 

 

Les chiens avaient froids, certains gisaient  à terre, je voyais  de la mauvaise herbe, il pleuvait à un point qu'ont ne peut imaginer. La pluie finit par cesser. À vélo, dans la nuit noire, mes roues glissaient sur la chaussée, des gouttes d'eau perlaient sur mon visage éclairé par les faibles lumières des réverbères. Je tournais en rond me retrouvant toujours à mon point de départ. Je ne voyais plus les chiens, ni la mauvaise herbe. J’entendais des cris nocturnes et des bruits d’explosifs dans la nuit ! Un danger imminent se produisait, des pas sourds se faisaient entendre ;  Effrayé je fonçais droit sur un mur, je vis une brèche  immense m’engloutir avec mon vélo. Une image effrayante dans mon esprit ! Le ciel était noir, Je me suis réveillé en sueur… Je suis vivante.

 

Lucye

 

Voir les commentaires

Poésie: Arrêt sur couleurs

Publié le par lucye

 

Photo

 

Arrêt sur couleurs

 

 

Arrêt sur couleurs dont le noir contrôle mes minutes passées,

Interdits sur mon coeur dont les battements sont accélérés

Pupille dilatée par la vue de ces teintes honteusement ratées,

Immobilisme devant ce panneau embourbé dans mes pensées

 

Le temps présent n'est pas en dehors de moi-même,

Regarder les manants me projette  hors de ma palette

Un carcan m'empêche de sentir le poids de gens obsolètes,

Chacun pense à soit dans cette vie de misère et de haine

 

Arrêt sur couleurs dont le noir contrôle mes minutes passées,

Qualité de teintes mise de côté pour un temps indéterminé

Crapaud et scorpion dans mes turpitudes de rêves délavés 

Me lever dans l'arène et crié ma révolte de ne plus pouvoir créer

 

 

Lucye   

 

 

 

 

Voir les commentaires