Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Jeux innocents

Publié le par Lucy

baiser-de-rodin.jpg

Jeux innocents

 

Je te regarde et vois mon image.

 

Lourde comme une enfant,

Je vois des soleils et des nuits

Je te regarde, et découvre ton âme,

Parce que simplement me murmure la vie

 

Mes mains se posent sur ton visage,

Et l'ombre dessine une multitude de personnages

Mes rêves les dissimulent, car ils sont à ma taille,

Ma foi en toi me grandit

 

Merveilleuse et sereine, par le passé et l'effroi

Choyée et sans peine, connais-tu mon émoi?

L'outrage j'ai connu, les souffrances, les ravages

Par des gens méconnus et sans âge

 

Lançer mon message, au gré de quelques vents,

Mes oeuvres te le diront, elles voient l'horizon

Sans partage elles subissent les outrages

L'avenir leur donnera raison.

 

Jeux d'amour et de nuages

Ombres chinoises

Je pense 

 

Lucy

 

Voir les commentaires

La fin d'un méchant

Publié le par Lucy

Le-mechant.jpg

 

La fin d'un  méchant

 

 

Il pense en puisant dans la roche vivante

Et danse sur son coeur à l'état sauvage,

Scène macabre d'un triste personnage;

Un sarment l'entourant, l'étreignant davantage

 

Poussant avec violence des fleurs maculées,

Dont il pétrit ses rêves par une vie effrénée

Telle une rose de cuir ses yeux se durcissent,

Hurlant des paroles et cherchant son langage

 

Ses mots le poignardent sur des feullets sans âge.

Encerclé d'un emblème, usé par le temps

Il chute dans une fosse, sans cesse en avant,

Abandonné au sel et espèces puantes

Dernier mot de terreur

D'un orgueil avili de violence. 

 

Il est mort par incidence

 

 

Lucy

Voir les commentaires

Peintres maudits. Frans Hals

Publié le par Lucy

 

2011-08-28-08.38.59.jpg

 

Frans Hals

Les régents de l'Hospice des vieillards

Musée de Haarlem

 

 Parmi les Régents, ce personnage à la figure d'ivrogne bonasse. Était-il favorable ou non au peintre en tutelle? Au moins celui-ci a-t-il une lourdeur humaine et un peu vulgaire, que l'artiste peint avec humour. Il aimait utiliser qu'une seule couleur forte, un rouge chaleureux se détachant sur des ocres et des bruns. La sobriété de la palette rehausse le goût de l'emphase qui se manifeste par le choix des gestes et des formes. Le peintre qui dérange les habitudes de la représentation traditionnelle, cherche à nous mettre dans la gêne, nul doute qu'il soit attiré par ce qui est morbide, par la peine et la mort, mais son art était sincère et fort, et d'une étonnante générosité humaine. Il avait le goût du clair-obscur, et une spiritualité tourmentée. Hals peut aller beaucoup plus loin que la familiarité ou la satire. Mais non jusqu'à la caricature.. Ils sont trop réels, ces visages sans grâce; ces silhouettes rigides font partie du monde où se débat Hals, plus durement que parmi ses compagnons de débauche. Lepeintre refuse la laideur et l'autorité de cet impitoyable tribunal des indigents. Figées dans une sorte d'éternité, les figures des régentes ont en définitive moins d'humanité profonde que d’autres peintres maudits.

Frans-Hals.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

La poissarde de Haarlem

 

La poissarde de Haarlem n'est pas seulement une sorcière grimaçante, ni un simple personnage que Hals rencontre dans les milieux qu'il fréquente. Elle est comme l'image de la vie du peintre, elle a le masque brutal et le rire grinçant de la vie, telle que la voit l'artiste.

 

Lucy. Hum, c'est pas moi !

Voir les commentaires

Mystère de la réincarnation

Publié le par Lucy

 

Reincarnation.jpg

 

    Mystère de la réincarnation

 

 

De lui à elle, une rencontre en chassé-croisé sur un parchemin déchiré,

Peu importe de décrypter le mystère de cet écrit d'une époque révolue

Ils se voient, indécis et persuadés de se reconnaître d'un passé éloigné,

Un sourire, une incertitude les réunissent dans un flou imprévu

 

      Elle lui dit ne pas pouvoir éviter leurs destinées programmées,

Il est abasourdi de la reconnaître dans cette vie, où l'éternité l'a déplacée à sa vue

Il se détourne confus et observe les étoiles pour éviter l'ambiguïté;

C'est bien la créature qui bouleverse ses songes dans un brouillard diffus

 

     L'immensité les entoure et embrume leurs pensées qu'ils veulent préserver;

Leurs silhouettes se juxtaposent dans l'éther invisible où ils ne se quittent plus

Une rencontre mystérieuse propulsée par une hiérarchie sacrée;

Coïncidence devineresse d'un retour de frontière où ils ne se quitteront plus

 

Lucy

 

Voir les commentaires

L'oiseau du grand vide

Publié le par Lucy

Rêve-copie-1

 

L'oiseau du grand vide

 

 

 C'est dans le silence qu'elle s'éveille, elle sent qu'il est là,

Elle tourne la tête comme un oiseau pris au piège

Un chuchotis de plumes la terrasse d'angoisse,

Elle pose sa lampe à terre pour effacer les ténèbres

 

Hallucination grise d'un oiseau suspendu à son bras,

Le long du mur se reflète la lueur de ses rêves de chimères

Elle comprend qu'elle est en pleine recherche de son moi

Un saut à terre la mène vers sa lucarne pour percevoir le ciel

 

L'attirance du tout est noyée dans le vide de son regard,

Les comètes lui apparaissent dans une queue de poussière

Sa vie est creusée d'ornières, mais elle discerne sa voie,

Elle ne voit pas la lune, mais son âme cherche la lumière

 

Ses amis papillonnent dans ses rêves et la perçoivent du haut d'un mat

Elle va se débattre sur un dur chemin qui forme un cratère

Mais la force divine la traîne sur la montagne du Bouddha

Elle virevolte dans son rêve pour s'assoir et écrire son poème

 

 

Lucy

 

 

Voir les commentaires

L'intemporel dans ma vie

Publié le par Lucy

 

573

 

L'intemporel dans ma vie

 

J'aime l'intemporel

Mon goût pour l'immortalité

J'ai enjambé des siècles

Et me perds dans les années

 

Prendre l'éternité par la main

Pour m'accompagner un instant

Je me croise, je me porte,

Me retrouve dans le temps

 

Je me perds dans les années,

Le vestige de mes pensées

Me projette du haut d'un escalier

Comète en folie

Rayon de soleil éclaté à l'infini

J'ai du mal à rêver

Alors, je respire

Et mon coeur se transforme

En vagues océaniques

Mes mains cachent mon visage

Mon regard se perd dans le temps.

 

Lucy

 

 

 

Voir les commentaires

L'imaginaire sur sa feuille de route

Publié le par Lucy

 

Ballade

 

L'imaginaire sur sa feuille de route

 

 

   De son île magique, elle ne compte pas ses pages sur le sol,

Le bonheur l'inonde et l'enveloppe de ses ondes

Elle développe cette puissance et fait surgir un arbre,

Elle s'amuse et perçoit un champ où passent des ombres

 

Elle lève le visage et voit l'ascension des nuages là-bas,

Un être de nulle part devant elle fait la ronde et crie son nom

Taquine, elle lui lance son cahier en riant par bravade,

Elle veut le séduire et fait surgir un miroir où ils danseront

 

La flèche du temps la conduit d'une façon irrémédiable,

Vers un destin sans contrefaçon dans ses créations

Elle crée sa vie et voyage au loin sans avoir d'étapes,

Elle fait surgir devant elle à sa guise Apollon

 

Elle accommode à sa cuisine des mots colorés avec sagacité,

Sa feuille de route la conduit dans un imaginaire en floraison

Elle fait surgir un géant et danse devant lui sa joie de le voir,

Oui, aujourd'hui, elle gagne sur la vie en reconnaissance de son nom

 

 

Lucy

Voir les commentaires

Mes mystères voilés

Publié le par Lucy

 

Peinture

 

Ma peinture

 

Mes mystères voilés  

 

 

   Un voile se pose et frôle sa conscience,

Inconnaissable silhouette dans son indifférence

Vestige d'un passé qui se montre avec évidence,

Manifeste éveil dans l'esprit de son adolescence

 

     Sa vie est un mystère, une philosophie en puissance,

Divine poésie, rayonnement de cette femme enfant

Coïncidence étrange d'une nature en plein rayonnement

Une vérité dans son monde est confirmée pleinement

 

      Perpétuellement en fuite du réel, elle se sent différente,

Ses pensées sont au-delà des esprits religieux en souffrance

Son succès défie les entendements quand elle se met en avant,

Elle a une aptitude à l'absolu, et sa bible est une évidence

 

    Au regard d'elle-même, elle s'infiltre dans une lumière éclatante

Les critiques de sa vie ne sont plus en puissance

Ses pensées la conduisent vers une terre en souffrance

Révéler l'angoisse de son coeur sur la croix de son adolescence

 

 

Lucy 

Voir les commentaires

La matière éphémère

Publié le par Lucy

Poésie cadeau

 

La matière éphémère

Nouvelle poésie

 

 

Je suis moi, voyageuse, je suis l'air de la terre,

Envolée divine de mes ancêtres intemporels

Submergée de bonheur en recherche de moi-même,

J'ai trouvé mon moi en touchant la matière

 

 

Je danse en solo comme une mouette inquiète,

J'évite les trous noirs, et continue mon enquête

Je balaye d'ondes la page entière de mon poême,

Et tisse des leurres en appelant les prophètes

 

 

Je suis moi, voyageuse, je suis l'air de la terre,

Les sociétés secrètes ont été mes ancêtres

Les odes maçonniques ont altéré mon futur si cher,

Mon sauvetage est bien dû à mon père céleste

 

 

Lucy

Voir les commentaires

Je cravache mes lignes

Publié le par Lucy

01.jpg

 

Je cravache mes lignes

 

Une histoire racontée au travers d’une ligne,
Transformée par les vers et les interlignes

Je me baisse et rampe au travers de ses signes

Créant en peignant la mélancolie

 

 

Retrouvant la création du début de ma vie,
Emportée par le temps

Je simule, créant des signes
Sur une pensée pour voir les homonymes

La chevauchant, et rayant les critiques
Je la cravache pour l'inciter à revenir.

Inoubliable amour dans mes signes,

Me retrouver dans leurs destins à venir

 

 

Jouant de mon aura meurtrie,

Je gribouille sur mon passé où j’ai failli mourir

Une autre ligne fait basculer mes lettres à l’agonie

Je me relève vers elles, où la folie s’empare de mes rimes

 

 

Lucy

 

Voir les commentaires

1 2 > >>