Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Une écharde maligne

Publié le par Lucy

hrnzomxe.jpg

 

Une écharde maligne

 

 

Une écharde maligne essaye de se planter dans mes ambitions avec délectation,

Mes mots témoignent et extraient avec violence mes vers avec passion

Je me dirige devant l’autel du Dieu où je m’agenouille en bredouillant son appellation,

Maître de l’Olympe, je te demande la lumière pour que la foudre protège mes ambitions

 

Ah ! Ange de lumière, le seul qui soit près de moi quand je cite ton nom

Je ne suis pas une déesse, mais seulement un être qui se bat avec passion 

Défier ces gens qui m’empêchent de marcher pour s’approprier ma dénomination,

Je lâche ce soir, car je me bats comme donquichotte dans un univers en rond 

 

Au crépuscule, je m’agrippe sur une corde qui m’entraîne dans mes réflexions,

Je ne veux pas vendre mes livres dans les squares du coin pour tourner en rond

Ce soir, je suis imprégnée de mes vers et je veux coucher sur mes préoccupations,

En mouvement, je modèle mes créations dans l’espace pour y inscrire mon nom

 

 

Lucie-y

 

 

Voir les commentaires

Je serai forte

Publié le par Lucy

Tignous-Puce-site-876.jpg 

Je suis du signe du taureau... 

Du mordant bon sang ! 

Je serai forte.

 

 

 Je suis très forte contre certains éditeurs, et je ne raconte jamais n’importe quoi.

Je me déplace chaque jour pour que mes livres soient publiés chez tous les libraires.

Je me défonce pour vendre mes bouquins dans les quartiers de Saint-Jean et dans tout Lyon.

Je me défonce pour faire entendre ma voix.

 Je me défonce pour faire mes promotions en toute liberté.

Je me défonce pour peindre, car mon chevalet est là, à attendre que ma toile soit embellie.

En fait, je ne peux compter que sur moi-même dans le sens que certaines  associations de poésies blessent certains écrivains,  car ils sont imbus d’eux-mêmes,  alors que nous, poètes, irons et sûrement,  beaucoup plus loin qu’eux-mêmes ! 

Je ne tolère aucune humiliation via certains auteurs qui par moments se prennent pour Adonis.

Je vais me battre seule pour mes enfants que j’adore !

Je vais essayer d’être plus présente sur mon blog, mais je suis crevée par tout ce que j’entreprends et qui me tient à cœur !

Mon roman en sera la preuve.

 

Lucie-y.

 

 

 

Voir les commentaires

Mon ébauche de ce matin

Publié le par Lucy

Peintures-20120319_115932.jpg

 

  Mon ébauche de ce matin

Pas facile de reprendre les pinceaux, mais ce matin, j’ai craqué, j’ai senti l’odeur du printemps, les arbres fleurissent et je trouve la vie belle depuis que je suis devant mon chevalet ! L’odeur d’huile de lin, d’essence de térébenthine, tout cela sent bon l’Art. Par contre, quand je travaille, aucun insecte dû dehors ne résiste à l’odeur, je les trouve les pattes étalées par terre un peu de partout. En fait, c’est vital pou moi, mais pas pour les bestioles du dehors ! Dur quand même.  Un peu plus de confiance en moi me ferait du bien ! Cela doit être génétique, car ma fille aînée a un talent pour la musique, et je bougonne pour qu’elle fasse des tubes pour se faire connaître. Peut-on rattraper tant d’années qui se sont figées dans une vie entière ? Et bien, je pense que oui.

Je vous quitte, car il faut, ce coup-ci, passer un moment sur mon roman, car il avance doucement,  mais sûrement.

Lucie-y

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Joyeux anniversaire Cathy

Publié le par Lucy

 

 

DSCN4287.JPG

 Miam...

Joyeux  anniversaire ma Cathy 

 

une grande confiance s’instaure entre toi et moi que je viens retrouver ici,

Un bonheur que je défends, malgré les longues années qui nous ont séparées

Je veux que tu mettes en avant ton talent de musique pour  ta famille,

Te dire je t’aime est pour moi et ton père sacrés, vous serez présents par la pensée

 

Range tes souvenirs et chante tes tubes à la guitare, un clin d’œil pour ton avenir,

Tes yeux, couleurs de la mer verte du Nil, se reflètent sur la rive de  L’Art sacré   

J’ai ramé sur des vagues en tumultes pour agripper notre passé qui a déguerpi,

Je l’ai rattrapé dans un filet de pêcheur pour le massacrer et ton bonheur s’y est installé

 

Le 18 mars, les arbres s’élevaient avec puissance vers un ciel orangé et gris,

Dans mon lit, je me concentrais sur une grue rouge à travers une vitre mal lavée

Je criais tant que l’infirmière m’a déménagée dans une chambre insonorisée  et triste,

Tu  es née à 5 h 20 du matin, un moment magique où j’ai vu une étoile nous entourer

 

 

Maman

Voir les commentaires

Soirée-Animation. Ivan Watelle et Lucie-y Ogier

Publié le par Lucy

17708-medium.jpg 

 

 

Par POEMES_EPARS - Publié dans : Soirées et Animations

Vendredi 16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 23:29

C’est le 12 avril, c'est un jeudi, the return of Jedi, vers 20h00

 En dessous du Ciel Art'en Ciel...
 

Lecture by Ivan Watelle et Lucie Ogier.
 

Soirée décalée sur des livres d'auteurs de la revue Art'en Ciel...
 Au hasard, il y a toujours un poème qui trotte dans vos têtes...
 Ce soir on vous mettra la tête en vrac par la poésie...
 et c'est le 12 avril, c'est un jeudi, the return of Jedi, vers 20h00
 A l'Antre'autre, autre corps désuet, imaginons l'instant où tu pressas ta poire sur ma tête pleine d'espoir..
 L'autre étant déjà une partie de moi ? Pourquoi ? J'irai vous donner des conseils ? 

Vous avez qu'à ne plus suivre les autres pour être vous-même, bon d'accord... soyez vous-même dans cet espace qu'est le temps de cet instant, c'est compliqué certes, mais si votre humour ramasse mes chaussures ce matin, nous n'irons plus aux Bois... certes je vous aime, le matin quand nous irons revoir les roses de la mignonne ou de la Gueuse, mais cela se fera avec tact..

 

L'Antre ‘Autre, c'est 11 rue Terme dans le 1er arr. de Lyon

 

Texte d’Ivan Watelle. Venez nous voir !

Lucie-y

 

 

 

Voir les commentaires

Espaces inconnus

Publié le par Lucy

Rèverie

 

Départ dans des espaces inconnus.

 

C’est le cœur bruyant et éclatant des bourgeons des arbres, qui me font réagir par des évènements que j’ai du mal à accepter

Les arbustes s’étalent avec indécences sur ma route pour laisser place à ce printemps nouveau,

Belles et  inconvenantes fleurs, qui  veulent arracher leurs racines pour étouffer d’adorables glycines.

J’erre dans  ma ville où les arbres absorbent les cris d’enfants chanceux de ce temps d’été ;

Mon chagrin est pesant pour ceux qui partent vers des espaces inconnus dans les sphères éthérées,

Ce soir, je me dirige vers un banc où je m’assois seule pour regarder autour de moi,  j’ai conscience que je ne conçois plus les évènements qui me font craquer.

 

Simplement, un petit mot, je ne vous ai pas oublié.

 

Lucie-y

 

 

 

Voir les commentaires

Je ne suis qui, je ne suis pas quoi

Publié le par Lucy

 

imagesCAOOFWDY.jpg 

 

  Je ne suis qui, je ne suis pas quoi

 

 

  Je ne suis qui, je ne suis quoi, mais pas n’importe quoi,

Là où je me trouve, je pense que le monde ne le sait pas

Ne pas être n’importe qui implique que je veux être moi,

Mais je déteste être jugée par n'importe qui, et sur n’importe quoi

 

Une personnalité  généreuse qui ne se joue pas aisément de la loi,

Être regardé, par le fait que je tends la main vers ceux de droit 

Je cherche la sagesse en moi et  je ne suis jamais aux abois,

Au risque de choquer, en ce moment je sens leurs désarrois

 

   Vivre tel que l’on est, se trouve superbe pour une conscience droite

J'aime les dédicaces de ceux qui me veulent du bien en soi

Franchement, ma franchise va perturber des êtres imbus de leur moi,

Je suis toujours moi, pour des gens qui me jugent et ne me connaissent pas.

 

 

Lucie-y.

 

Voir les commentaires

La folie d'écrire

Publié le par Lucy

7a6ef55d.jpg

 

 

La folie d’écrire

 

 

C’est une merveilleuse bravade que je lance aujourd’hui dans ma cité tranquille

Une odeur d’aubépine enrobe ma vie en ce jour, ou je fais voler mes écrits

Un printemps généreux qu'il faut booster pour voir pousser les jonquilles

Un regard langoureux sur une poésie que je veux envoyer à mes amis

 

En ce jour, je suis surprise de voir venir à moi le bonheur qui veut m’aimer,

D’une pirouette, je l’inscris sur mon agenda, car je n’aime pas m’attacher

Gorgée de projets, je fais patte de velours sur un parcours de chaleur partagé,

Je suis du regard le parcours des hirondelles, pour éviter de penser

 

Passer un instant à regarder le ciel et me dire que j’existe, chaque jour de ma vie

M’affirmer dans ma vie,  et briser ma plume sur des sujets décriés que je bannis

Perpétuer les minutes passées sur ma peinture lâcher pour mes manuscrits

Ne pas friser la folie sur mon roman où j’entre dans la peau de mes personnages aujourd'hui.

 

 

Lucie-y

 

 

 

 

Voir les commentaires

Sacré coup de spleen Aujourd'hui.

Publié le par Lucy

 

Sacré coup de spleen aujourd’hui.

                                                       Maman.

 

Tes yeux, perles de nuit, de la  couleur bleue d’une mer antique

Se noient avec délices, dans l’obscurité variable de ma vie tranquille

L’ombre de mes yeux inquiets te mendie un sourire, mais tu es partie

 

Ta bouche douce et fébrile avec tes cheveux d’argent m’attendrissent,

Tremblante à la douce flamme de ma bougie, tu avais encore la vie

Cela me fait te dire, je t’aime, ce soir ou je flippe

 

Je garde ton image en  moi, car tu es toujours là pour moi

L’éclairage donne une légère transparence à ton visage émacié

La lampe aveugle l’obscurité de mes pensées pour m’empêcher de sangloter

 

J’ai perdu la raison à ta mort, je ne pouvais plus avancer,

Aujourd'hui, je suis triste, car je pense à toi quand  j’étais nouveau-née

Pourquoi t’en parler aujourd'hui ? Un doute s’installe en moi pour avancer.

 

Le même problème que certains qui ne croient pas en leurs capacités,

C’est toi qui as donné des couleurs à ma vie quand je t’ai connu bébé

Sacré coup de Blue aujourd'hui, j’ai l’impression d’avoir tous raté

 

Tout s’est illuminé quand je suis venue, tu as badiné et pleuré

Avec un clin d’œil,  je t’ai souhaité bonne chance, car je captais notre passé 

Courageuse, tu m'appelles pour que je puisse te retrouver dans mes pensées.

 

Je t’aime.

 

 

Lucie-y

 

Voir les commentaires

Corinne Cronin, poétesse hors pair.

Publié le par Lucy

Samedi 25 février 2012 6 25 /02 /Fév /2012 18:28

 

 

 

 

Si mon cœur, s’est brûlé aux aurores

D’un soleil, aux couleurs de boutons d’or,

Dans le jardin où règnent tes pensées,

Sur notre amour je n’ai rien oublié…

 

 

Si je ne vois point triste l’avenir,

C’est qu’il me reste ton doux sourire,

Le reflet de tes yeux, dans le miroir

De mon âme, ta lumière en espoirs…

 

 

Si dans mes hivers et mes brumes,

Ton amour me guide et me consume,

C’est, que sur les doux rivages du temps,

S’illuminent tous nos soleils couchants…

 

 

Tel un flambeau, qu’éclairent nos souvenirs,

Au jardin de la vie, j’entends nos rires !

L’âge aujourd’hui, ne me fait point défaut,

Je n’ai rien oublié de leurs échos…

 

 

 Si nos cœurs ont brulé par tant d’amour,

Dans nos pensées, nos mots et discours,

Aux rivages du temps, ma faiblesse,

Se transforme, en langage de sagesse…

 

 

 Si les fleurs au printemps sont embaumantes,

C’est que tes baisers sur ma peau aimante,

Parfument à jamais leurs douces ardeurs,

Et que cette fièvre demeure aux heures…

  

 

 

Qu’importe le temps, nos larmes, rires !

J’ai goûté aux charmes de cet amour,

Et nos cœurs battaient, à en défaillir,

Brûlante était la passion des jours !

 

 

Aux rivages du temps, mes pensées,

S’entrelacent, d’extases harmonisées,

Et ton souffle d’amour sur mon visage,

Embellit ma vie et ses sillages…

 

 

Si la roue du temps en un instant,

A briser tous nos éclats de diamants,

Sous la voûte d’un ciel bleu, étoilé,

Mon cœur à su trouver sérénité…

 

 

Lorsque le vent se joue de mes chagrins,

Qui jusqu’au ciel, montent en désespoirs,

Une lumière brille dans ma nuit, noire,

Et mon cœur s’enflamme jusqu’au matin…

 

 

Sur les rivages du temps, l’âme ploie,

Comme un arbre, nu, aux hivers si froids,

Mais dans le jardin où dorment mes rêves,

Un bouquet d’amour se libère en sève !

 

 

Dans le miroir de la vérité,

L’amour est lumière, obscurité !

Mais aux rivages d’un soleil nouveau,

Irradie l’espoir, en doux renouveau…

 

Corinne (Cronin)

 

 

Voir les commentaires

1 2 > >>