Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Poésie libre: Mon visage de nuit

Publié le par lucye

 
Mon visage de nuit

J'ai voulu t'aimer, je m'en suis empêché

J'ai voulu te fuir, j'ai atteint l'ennui,
J'ai vu l'or brun des crépuscules
Habités par tes baisers.

Entonnant un chant, je les aie enfouis

Dans une terre aride  et desséchée.
Devant l'arbre de mes souvenirs et de ma vie,
J'ai recherché le jeteur de rires usagé.

Comme un fantôme aveugle

Je tournais en dénis mes critiques,
Protégeant mon chagrin que je ne peux lâcher...
J'ai vu les montagnes s'enfuirent en nuées bleus
Essayant de les rattraper j'ai chuté

Depuis cet impossible matin

Où j'ai voulu te fuir.
Je suis gardienne de mes désirs.
Le bruit sourd de ton nom
M'immobilise et me fait planer.

Je suis hors du temps.


Lucye



Commenter cet article

Cristal 14/08/2009 13:37

Bonjour Lucie,Je viens te découvrir par les liens de Madine, mon blog pote préféréun super poème.... et j'aime cette phrase... "gardienne de mes désirs"...et être "hors du temps" ne me semble pas un inacessible rêveque celui qui nous entend veuille bien nous écouter...Bien à toiBisous ensoleillés pour ton week-endCristal,

fabienne 13/08/2009 21:06

Bonsoir, très beau texte que j'ai pris plaisir à lire. J'aime beaucoup la poésie et c'est avec plaisir que je reviendrai vous rendre visite!Amitiés de Normandie,Fabienne

MADINE 12/08/2009 21:16

Bonsoir ...Non, Didier est quelqu'un que j'ai découvert il y a quelques semaines, un grand talent...a mes yeux...Puis,, Madine c'est mon pseudo....depuis que j'ai ouvert ce blog il y a quatre semaines à peine, voilà....Je t'embrasse lucye, à trés vite moi, je pars quelques jours me remettre de ces trois deuils, à l'étranger loin du travail, du net....Quant à ce texte je suis surpris de voir que mon comm précédent est tombé aux oubliettes, dans les profondeurs d'over: perdu , alors voici ce que je disais, j'aime ce texte il me rappelle bien des émotions, pas si vieilles que ça...Bizes

didier rené 12/08/2009 20:16

bonsoir Luciec'est un vrai plaisir de te recevoir sur mon blog tu ne me fais que des compliments et comme tous les hommesJ'ADORE ET J'AIME les gratitudes Loll mdrmerci beaucoup mais tu sais j'aime ta poésie moi j'ai du mal à parler d'amour mais triste ou non tu en parle très bien gros bisous Lucie à bientôt D R

toujoursplus 12/08/2009 19:01

C'est un vrai plaisir de te lire

didier rené 12/08/2009 15:26

Bonjour Lucie ce poème est superbe un peu triste mais il se lit avec plaisirun bon partage merci à toi bisous DR

zou 12/08/2009 13:09

un air de nuit, une heure où bascule le temps et soi, une heure où tout est permis, où la peau et l'esprit se rejoignent  au dessus de nos têtes et dansent avec les étoiles, une heure... sourirebeau texte lucie, des bises

MELDIX77 12/08/2009 05:27

joli texte a l'honneurrecherche du bonheurmais restant torpeurfrein bloquant le coeur.agréable mercredi a vous   MELDIX77     le Briard    Breton 

astrea 11/08/2009 22:56

on dirait un rêve raconté...et l'image est magnifique! belle et mystérieuse jeune femme.Merci pour ce beau poème et amicalement! 

Nany 11/08/2009 22:25

Très beau texte, merci...L'amour est souvent triste,mais parfois d'une telle beauté,que cela fait vivre.Bizzz

Hermann 11/08/2009 15:02

Ce texte est vraiment agréable à lire Lucyj'ai ressent une vague tristesse en le lisant...Merci de le partager avec nousBne journée

Domajj 11/08/2009 14:28

Bonjour Lucy,Quelle magnifique texte, tu nous offres aujourd'hui... merci beaucoup... j'aime beaucoup... Je passerais te faire un petit coucou dans l'après-midi... @ tout à l'heure... Bonne après-midi à toi ma belle. @bientôt. BisousAmicales pensées de notre douce Champagne. Domajj

Marc de Metz 11/08/2009 14:16


L’échec et la souffrance s’écrivent avec des mots comme les tiens.
Je te souhaite d’écrire, lorsque le temps aura fait son œuvre, pour la vie revenue…
La beauté de ces mots transforme pour nous ta douleur en poésie.
Ecrire c’est avoir encore envie…
Envie de quoi ou de qui là sont de vraies questions ?
@mitié de Metz, Marc.