Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Poésie: Vertige illusoire

Publié le par Lucye

 

 

1965700178_651af3cae8.jpg

 

Vertige illusoire

 

 

Sur ma route, je me baisse  pour ramasser une pierre de lune,

Inconsciemment je trébuche sur elle car le vertige me saisit

Que m'arrive-t-il ce jour  où je suis dans la dune à Pampelune,

Je ne suis pas monarque, ma vérité est que je tire la langue à la vie

 

  Je saute sur une branche pour explorer mon existence vers Neptune,

Et discerne les embûches par les lois scientifiques qui régissent l'infini

La  connaissance de mon moi n'est pas dans des laboratoires de rue,

L'humanité est en moi, car nous sommes tous  frères et unis 

 

  C'est avec tristesse sur mon chemin, que je ramasse une pierre de lune,

Je veux oublier les souffrances de la terre, malade, le vertige me saisit

Mes mots viennent du silence de mes nuits, sans lacune aucune,

Ma solitude est verrouillée dans l'ensevelissement des pierres qui croient à la vie

 

 

Lucy

Voir les commentaires

Poésie: Art désertique

Publié le par Lucye

 

création mael 002

 

  Art désertique

 

 

 

Une ondulation de blanc et de noir dans mon esprit original et anxieux,

Je vois effarée, la colline sous mon château basculer dans les airs

Une sensation étouffante enveloppe mes sens affûtés au camaïeu,

J'apostrophe mon pinceau pour cacher les couleurs à vos yeux, sans succès

 

 

Je m'oppose au contraire dans mes créations mystérieuses,

L'essence des particules naissantes se détend dans l'atmosphère

 Mon blanc s'étale langoureusement sur le sentier bien présent à mes yeux,

Sûre d'éloigner de ma palette tous ces intrus de gris et de noirs éphémères

 

 

Mon itinéraire est un chemin d'évasion dans mon sanctuaire d'orangé et de feu,

Je fuis l'amour dans mes rêves et ses contraires

Qui va m'entendre aujourd'hui où je me sens comme une danseuse silencieuse,

Le blanc et le noir pour m'entourer de tendresse dans mon monde en retrait

 

 

 

Lucy

 

 

 

 

Peinture 

 

 

Effacé de blanc et de noir

Une note heureuse de couleurs

 

 

 En fait, la notion des teintes n'existe que dans nos sens,

Là où se trouvent le bonheur et les cris des chants des amoureux

Pas d'obsession pour cet état que je repousse toujours dans le temps,

Je me vois belle dans ses yeux où je chavire à ses mots langoureux

 

  Mes vers sur l'amour sont une note qui m'éloigne à contresens dans le vent,

Comme un roseau agité par l'air,  je tourne à tous les vents capricieux 

J’aimerais m'envoler vers les collines et les champs toujours de l'avant,

Mes occupations m'attendent,  je dis adieu à des rêves ambitieux

 

  Je coule ma vie comme un torrent intarissable où se trouvent des diamants,

La rouille ne m'attaque pas, mais s'en est prise à mes souvenirs ternis à mes yeux

Des pierres précieuses ne sauraient effacer les souffrances d'adolescente,

En fait, à l'heure d'aujourd'hui, je pense tout avoir pour être heureuse

 

 

 Lucy

Voir les commentaires

Poésie: Une lettre pour toi

Publié le par Lucye

  

 

marre-de-souffrir.jpg 

   

Photo500.jpg

 

 

 

Une lettre pour toi

 

   Par mes écrits, tu as une voie pour me reconnaître,

Tu es pour moi une réalité unique dans ta vie de mafieux

Dans le reflet de mon esprit, j'écoute tes mots dans mes rêves

Tes signes donnent à, ma vie une note désaccordée et malheureuse

 

  Je nourris ma connaissance en lettres pour retrouver ma verve,

Un bagou qui m’éloigne de toi et me fait trébucher sur nous deux

Ma vie est au singulier, il me suffit d'oublier et tout effacer d'un trait,

Ma solitude intérieure a toujours été flagrante à tes yeux

 

  En fait, je marche sur une corde en déséquilibre parfait

Ma singularité est unique aux regards d'artistes prétentieux,

Être sans revendication me conduit doucement sur la scène

Je marche seule dans ma vie d’Artiste, j’ai peu d’amis dans ce milieu

 

Lucie-y

 

 

 

   

 

 

 

 

Voir les commentaires

Poésie: Tes yeux se ferment

Publié le par Lucye

LUI 

 

Tes yeux se ferment

 

 

L'amour est une orchidée dont l'essence nourrit mon coeur,

J'arrache sa racine pour l'immoler dans mon vase en étain.

Prends mon cahier où mes larmes ont coulé  pour mon malheur,

Entoure-moi de ta tendresse, mon visage cherche tes lèvres en vain

 

Nous deux pour cacher notre bonheur sous un griottier en pleurs,

Il perd ses fleurs qui se posent délicatement sur nos étreintes

Je rêve à un mythe que je veux réel et plus puissant que mes erreurs,

Pourquoi la circonstance m'empêche de raviver cet amour ancien

 

 tes côtés,  je gifle mon inconscience qui répand  une odeur de mort,

Je sais que les herbes crissent sous nos pas dans un écho sans fin

Tes yeux s'éteignent doucement  et te conduisent vers l'aurore,

 Je descends  la colline pour te crier avec angoisse que rien ne s'éteint

 

 

Lucy   

 

 

 

Voir les commentaires

Poésie: Princesse du jour

Publié le par Lucye

 

princesse du jour

 

Princesse du jour

 

 

 Le rouge l'entoure d'une précision profonde,

Malheureuse et seule dans sa rigidité parfaite

Je lui fais front dans ce bistrot où se trouvent des cons,

Un passage à vide où j'avale des cafés sans cesse

 

 

 Je la vois accrochée sur le mur du fond,

Appareil en main, je fais ma photo allant vers elle

Subjuguée, je bouscule un ballot qui tourne en rond,

Je suis libre et étrangère à ce genre de phénomène

 

 

Princesse de mon cœur, je me sens entourer de ses ombres,

Ses yeux me ressemblent et  je me sens belle en elle

En fait, je l'envie dans sa  tenue  byzantine sans ronflons

Je prendrais mes pinceaux ce soir pour lui prendre ses rêves

 

 

Lucie-y

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Poésie: Transformation de l'âme

Publié le par Lucye

th_converse.jpg

 

Transformation de l'âme 

   

 

 Elle est légère, pure et sans tache

En recherche de son Dieu évitant les attaques

 Écoutant son cœur, elle entend un dialogue,

«Nous sommes deux, "tes larmes valent de l'or

 

 Elle vogue au gré de ses désirs

 Au-delà des toits de ma ville.

Ce soir, il pleut abondamment

Je suis triste à mourir

 

Levant la tête, je la vois luire,

Au gré de ma plume, elle s'éloigne  

Mon cahier est délavé par ses larmes,

 Je les perçois comme une brûlure

 

 Sa mémoire est décolorée comme la mer,

 Dans mes songes, je la dirige vers son  avenir

Elle n'oublie pas son nom ni sa vie,

Criant un je t'aime, elle s'élance alanguie

 

 Je suis abasourdie de la voir disparaître,

Incrédule et heureuse, je loue le divin

 Je danse dans la nuit, et j'écrase les maudits, 

Éclairée d'une lumière bleue, je recule devant eux

 

 Je me décoiffe à la vue des passants,

Je chante et tournoie dans le temps

  Des badauds me suivent en riant, 

Je crie mon bonheur de me sentir enfant

 

 Bonheur et galère de sa vie en lyre

 

Point à la ligne.

 

Fin

 

 

 


lucye

 

Voir les commentaires

Poésie: Lumière et ténèbres

Publié le par Lucye

poster11.jpg

 

Lumière et ténèbres

 

 

Embraser son existence au travers d'un voile de lumière,

Cerner l'obscurité, pour la voir évoluée sans cesse à sa manière

Imaginer un instant l'affolement des ténèbres dans l'univers,

Là où se meuvent des ombres destructives et éphémères

 

Beautés d'une existence abreuvée de connaissances,

Se libérer de son essence actuelle en tournoyant dans le temps

Retrouver des vies et des évènements, en creusant sans cesse en avant,

Croire à la survie dans la puissance d'un Dieu vivant et  aimant

 

Indécis, ne pas refuser d'y attacher de l'importance en lisant et prophétisant,

Il est tragique de passer à côté en tournant la tête en sifflant

Malheureux et dans l'attente, ne pas vivre un état  anxieux en ricanant,

Se méfier des religieux qui se mettent en avant quémandant des billets de cents

 

Embraser avec passion d'un regard sa vie, à  travers un voile de lumière,

Reconnaître son  ignorance là,  où évoluent les êtres de Lumières

Crier avec puissance son amour au monde entier et haïr les guerres,

Croire à la parole du Saint, où les anciens ont écrit des paraboles en vers.

 

 

Lucye

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

L'esprit nul en puissance

Publié le par Lucye

 

horoscope.jpg 

 

L'esprit nul en puissance

 

 

Je regarde sous ma plume ce magicien déguisé en étoile du levant, 

Il se dirige vers  l'océan doré de lune pour entendre ses grondements

D'un geste majestueux, il court vers une crête pour dompter le temps,

Sa baguette de sorcier en main, il avance sur le sable en me défiant

 

D'une inspiration puissante, il souffle sur mes mots en maugréant,

Mauvais génie de notre époque dans les salons de voyance éclairés d'encens

Il fut un maître à escroquer les gens en désespoir et sans argent,

 Et ne crache pas sur les euros des grands, et des  familles en souffrance

 

  Un idiot en puissance qui me bourre le Crane de ses revenants.

Je me plante devant lui et l'exhorte de cracher toute ma connaissance,

Ne pas éteindre les étoiles, et jeter ses prédications avec véhémence 

Évoquer sur lui les ténèbres qu'il a engendrées en manipulant les gens.

 

 

Voir avec tristesse l’insurrection de l'absurde qui ne vient pas de l'intelligence

Violence de  ma révolte contre ces agissements qui engendrent des souffrances

Je prends ma gomme et efface cette haine qui envahit mon subconscient,

Mes phrases disparaissent  en geignant, je tourne le dos à ce manant

 

 

Lucye 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Poésie: La gueule de l'autre

Publié le par Lucye

 368233574.gif

 

 La gueule de l'autre

 

Polémiquer sur des versets de la Bible,

Crier son d'égout sur les guerres et les démunies.

Empêcher les réfugiés de crier sur leurs vies,

Pourrir sur des décisions prises par la république

 

La marche sale de certains qui ont du fric,

Ceux qui ont les poches pleines et les joues bouffies

Les ratés du business qui font souffrir les familles,

L'allégorie des minables au sein des pays d'Afrique

 

L'immondice des accueillants au sein de certaines crises,

Charité improbable pour des budgets pourris

Mauvaise conjoncture pour les poches bien remplies,

Les guerres arrivent dans des lieux très précis

 

 

Lucye

 

 

 

Voir les commentaires

Poésie:Ivresse d'un soir

Publié le par Lucye

 

IVRE-DE-NOS-2BATS-2.jpg

 

Ivresse d'un soir

 

Comparable à l'ébène dans son écrin sauvage,

Elle s'élève en défiant la providence et l'espoir.

Elle voit un horizon rouge et sans voile

Le mur de sa vie aux longues enfilades

 

Elle s'écroule sur la rive où s'empreint son visage.

Pour l'aimer d'avantage il lui faut son regard

Et dissoudre son image dans une vapeur de nuage,

Essayer de le trouver, lui qui n'a pas d'âge.

 

Elle le couvre de son ombre le cherchant  sur sa page,

Lui envoie son poème dans un accès de désespoir,

Le chercher en ce jour qui n'aura plus de soir

Joncher de verbes son désir dans sa mémoire

 

Transformer sa passion en une mort quelque part,

Partir sur un bateau ivre de leurs ébats...

Où le mât se fracasse dans une mer de miroir.

Elle joint les mains, car sans lui elle n'a plus de soir 

 

Lucye

Voir les commentaires