Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ma Photo:L'hôtel de ville

Publié le par lucye



Ma photo

 

Faisant face à l’Opéra et donnant sur la place des Terreaux, l’Hôtel de ville, plusieurs fois ravagé par le feu, est aujourd’hui l’un des monuments les plus remarquables de Lyon.
L’hôtel de ville est détruit en partie  en 1674, par un incendie. Le roi fait appel à Jules Hardouin-Mansart pour dessiner les plans du nouvel Hôtel de Ville. J'ai travaillé  longtemps à la ville de Lyon, et je me souviens de mes nombreux passages à l'hôtel de ville ! J’y exposais toutes les années en tant qu'agent de la ville de Lyon. Et je reviens souvent à mes souvenirs, mes ballades passent toujours par là, car j'adore flâner dans ces quartiers… 
 

 

Lucye

 

Voir les commentaires

Texte: Ma photo de la renaissance

Publié le par lucye



Ma photo de la renaissance.

Cette photo me fait penser au temps d'Armageddon, ce jour-là, j'ai pris énormément de photos avec mon portable, un petit bijou ! ce sont de vrais comédiens ces gens-là!  C'était  le  24 avril dans le vieux Lyon, une grande fête de la  renaissance avec les pennons et des groupes de France et d'Europe, il nous nous ramènera  dans le passé Renaissance de Lyon. Un cortège de l'ensemble des participants  sont partis  à 11H devant l'office du Tourisme de Lyon place Belle cour.
Leurs cris: 
Ménival: "Vaut par ses mains".
Point du jour: "Fiers comme le coq, ils sont".
Les Bâtières: "Ils ont battu écu et Diable".
Les Massues: "Le casse-tête pour mon adversaire.
Leurs couleurs :
"Rouge et blanc frappé d'hermine.

Vivement avril 2010, je serais présente pour la nouvelle manifestation ! c'est une chance d'être une passionnée de plein de choses...

lucye

Voir les commentaires

Texte:Invitation pour mes webmaster

Publié le par lucye




Je vous invite, vous, mes amis blogueurs  d'over-blog et  webmaster, à l'exposition des peintres du lyonnais, mes tableaux y seront ! Je compte sur vous ? Merci.

lucye

 

Voir les commentaires

Poésie: Le Dieu du temps

Publié le par lucye




Le  Dieu  du  temps

Crachant  ses  vagues  au  dieu  du  temps
La  mer  se  revêt  d'une  toge  bleue  parsemée  d'étoile,
Elle  donne  l'illusion  au  firmament
D'être  avec  lui  comme  un  titan.

L'outil  divin  me  rappelle  les  sept  leviers  des  anges
La  mer  met  à  mort  les  plus  hautes  montagnes,
Alors, surgit  de  l'antre  d'un  trou  béant
Toute  une  cité  portée  par  le  maître  des  céans


Le  fond  de  sable  beige  et  de  forêt  tendre
Fait  glissé  le  talus  dans  une  mousse  verdoyante,
Aveugle  au  temps, il  affronte  sa  chute  par  cascade
Allant  au  fil  de  l'eau  en  d'étonnant  mouvement.

Ma  plume   échoue  sur  les  galets  offerts   au  vent
Pensée  voleuse  et  ronde  de  ma  légende,
J'offre  mes  écrits  au  vent  nourricier  de  mon  âme
Allant  de  l'avant  dans   le  grondement  de  mon  coeur. 

lucye



Voir les commentaires

Photo:La tomate

Publié le par lucye




Ma tomate

C'est plus fort que moi, il faut que je vous fasse voir cette tomate que j'ai prise en photo, chez mes amis qui possèdent une ferme dans l'Ain, je vais me procurer des graines que je vais planter dans un pot, il ne faudrait pas que l'odeur de peinture les empêche de sortir de la terre! Je me demande si ça marcherait, je ne suis pas trop douée...

lucye

Voir les commentaires

Poésie:Je te regarde dans mes rêves

Publié le par lucye

 

Je te regarde dans mes rêves

 


           

 Je te regarde dans mes  rêves, m'assoupissant sous mes désirs

Mon cerveau m'entraîne dans le jardin d'éden
Où j'enjambe la lumière pour te rejoindre dans nos rires.
Je ne veux plus semer dans mes plaies éphémères.

Mon cœur est à toi, je ferme le paragraphe de ma vie
Je pense à tes doux mots  dont mon cœur est fier,
Même  si j'imagine ne serait-ce qu'une nuit
Que la passion nous détruise sur une mine d'arc-en-ciel.

Mon regard fixé sur tes yeux de rubis
Me transporte en errance dans une dune sèche,
J'arrache les racines d'un figuier enfoui
Pour  soigner  mon âme en lisant un verset.

Un gant de feu te couvre de ma nuit
Car je rêve de  toi, mon amour est sincère,
J'irai bondissant par-dessus les collines
Le ventre doux des dunes m'emmenant vers la mer.

C'est un souvenir si lointain...

Lucye

Voir les commentaires

Poésie: La vie et le chemin

Publié le par lucye

 

La vie et le chemin


Il est l'heure aujourd'hui de me sentir invincible

D'avancer dans mes contrées sauvages
Où le langage de l'unité est enfouit sous une bâche,
Le brouillard m'a  gommé  de son dédain


Le nom de l'amour est chargé de parfum d'évangile

Je vois venir la poussière du fond des âges
Mon cœur bat au rythme de mes souvenirs
Glissant sur le chemin des rumeurs et des joies


Et surgis soudain dans le bruit de mes nuits

Les ailes de l'âme portant mes espoirs
Me secouant des cendres de ma vie,
Je scelle mon cœur dans la roche de mon âme


Lucye

Voir les commentaires

Texte: Ces phénomènes dont nous avons peur

Publié le par lucye



 

Ces phénomènes dont nous avons peur

L'univers m'intrigue, les rêves, les prémonitions, les visions, dont j'ai la malchance de les voir se concrétiser deux où trois jours après. Je fuis ce genre de truc, pas des trucs, non ! Des réalités. J'y suis habitué, je vis cela depuis toujours...j'aurais tellement à dire que, ce soir, j'ai envie d'en dire un petit mot. Pour moi, j'appelle cela, un canal entre deux mondes et chaque fois que je vis cela, je n'ai pas envie de le revivre une seconde fois ! Un soir, je méditais les yeux grands ouverts, sur une poésie, don, le titre était « mon amour pour toi », je me suis endormi dessus et, le matin, en me réveillant, j'entends une voix venant de nulle part, comme de partout à la fois me dire (Je me projette dans son esprit et dans un espace vide, je ferme le volet, il me garde)...J'avais le début de ma poésie que je cherchais depuis un certain temps ! D'un bon, je me suis levée me précipitant dans le couloir et poussa la porte de mon atelier qui  se trouvait au fond, un tableau celé au mur m'attendait, j'ai eu le temps de me cogner dans ma course et d'écrire à toute vitesse ce que j'avais entendu, le problème, c'est que cela s'effaçait de ma mémoire au fur et à mesure, mais j'ai pu quand même l'écrire ! Pour moi, c'est une phrase dictée d'ailleurs, mais, bien audible, j'ai écrit ma poésie et celle-ci m'a valu le prix  poésie libre pour le printemps des poètes dans ma commune ! Voilà pour ce soir, mais maintenant, je me suis habitué à cela, j'ai beaucoup d'expérience sur ce que j'ai vécue à ce niveaux-là, toutes ces manifestations sont du domaine de la science, si celas vous intéressent, je continuerai à vous en parler, mais c'est un sujet délicat et j'ai énormément de choses surprenantes à vous révéler...

Lucye

Voir les commentaires

Texte: La place des terreaux

Publié le par lucye




 La  place  des  Terreaux

 Un  bel  endroit où  j'aime  me  balader,  sur  la  droite, se  trouve  le  musée  des  Beaux-arts, dommage  qu'ont  ne  le  vois  pas, ce  qui  veut  dire  qu'il  faut  que  je retourne  sur  le  champ  reprendre  ma  photo  correctement,  et  à   au   bout  de  la  place,  est  l'hôtel  de  ville.  Cette  place  tire  son  nom  du  comblement, au  moyen  de  terres  rapportées  ou  de  terreaux, d'un  ancien  lit  du  Rhône. C'est  tout  à  côté  que  se  trouvait  le  confluent  à  l'époque  romaine. C'est  tout  un  voyage  à  faire...Une bien jolie place à Lyon, Il y a généralement beaucoup de monde sur cette grande place qui est toujours animée  juste devant l'Hôtel  de ville. Je vous conseille tout particulièrement de vous y rendre au moment des illuminations.  Aujourd'hui,  la  fontaine  monumentale  en  plomb  de  Bartholdi  trône  en  son   centre.
J'ai un portable qui fait des photos géniales...

Lucye

 

Voir les commentaires

Texte: Le prisonnier

Publié le par lucye


Le  prisonnier.


L'homme accroupit à terre, en planque dans son réduit, fit alliance avec l'esprit, riant du diable à queue,  poursuivit par son hérésie et ses crimes.  Il resta ainsi dans son  mépris  à payer une partie de sa vie.  Je veux trouver le mur, pas le son, marmonna-t-il... Une partie de lui-même lui suggéra de faire un trou dans son mur pour y trouver le son. Il sentit  la folie venir... il hésita, il entendit, « c'est ridicule, ce n'est qu'un son...qu'un mur ! Tape sur le mur et tu auras le son ! Ne te lamente pas, lui dit la voix . « Il n'entendit pas cette  douceur qui venait de là-bas » de si loin et si près de lui. Il y a que ça dans ma vie se dit-t-il, je suis idiot, je prie, j'ai le cerveau comme des petits pois, je suis ridicule, mon voisin rit de moi, je suis un crétin et je ne fais rien dans cette chiante de vie ne se rabâcha-t-il Une voix faible lui dit « si tu le désires, ta vie peut être très riche, ton réduit est ici, mais pas dans l'invisible...»l'homme se leva, colla son visage tout près d'une lucarne et brandit le poing, il entendit le bruissement des feuilles dans le vent, il imagina le couac d 'une grenouille dans un parterre de fleurs, un gros plat de douze cuillers sans compter les verres à vin, les mages, des femmes opulentes et tout le Traa lala. Il n'écouta toujours pas cette voix amie qui était là pour lui, une larme coula sur son visage amaigri, il ouvra sa fenêtre grillagée et écopa de projectiles  jetés  par les prisonniers.  Il se sent minable, oui il a écopé de beaucoup d'année pour avoir tué. "Une blague foireuse pour eux, je suis sénile... " Il monta sur sa chaise, attacha une cordelette au plafond, y passa la tête et se jeta dans le vide ! Essayant  de  le  rattraper, mon  cahier  est  tombé,  c'est fini... Je ne peux plus continuer mon texte sans lui, excusez- moi...je  suis  triste,  c'est  mieux  ainsi...

 

Lucye

Voir les commentaires

1 2 > >>