Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte: Une rectification

Publié le par lucye

portrait-4.jpg

 Une rectification

Je voudrais spécifier que mes écrits ne sont absolument pas autobiographique, je suis née visionnaire, ils sont créés par une sensibilité et une imagination débordante ! je suis artiste et mes peintures naissent de la même façon, ce sont des créations uniques et authentiques, je perçois le vécu de mon entourage, ceux que je croise dans la rue et dans le métro, des amis, des voisins, les gens de la rue... visionnaire également du bonheur et du malheur, j'ai pu éviter beaucoup d'obstacles au niveau du don que Dieu m'a donné à la naissance ! merci de venir me lire, car je peux êtres incluse également parmi tous ces gens ! quand un écrit où une création en peinture est terminé, je peux à ce moment-là faire sa connaissance, car elle vient de naître dans un monde où elle n'existait pas ! c'est pour cette raison que je les nomme mes bébés, cela peut faire sourire... il arrive qu'il soit très dur de les faire venir au monde et encore plus dur de s'en séparer ! ma meilleure récompense se trouve être la critique des visiteurs !

lucye

Voir les commentaires

Poésie:Son message

Publié le par lucye

4187313751_1b9956a85d.jpg

Son message

Seul,  de loin en loin, son regard vagabonde, 

Il observe les visages absents avec indifférence 
Alors, il recherche les langues mortes.
Sur le sable doré de lune, il médite sur l'amour.


Sa main veut  saisir ses pensées qui deviennent pluriels
Il filtre le sable de son amertume entre ses doigts,
Un enfant le reconnut, une main tendue  avec  tendresse
L'enfant de nuit, celui de son enfance, il est tout près de lui-même.

Il fait la différence dans le silence, il écoute la puissance du verbe
Il voit la pierre du salut  et loue la chanson de la nuit.
Alourdit par l'or de ses dénis, il détourne son regard
Il n'a pas donné à boire à l'étranger  et l'homme est sacré...

Les souffrances et les larmes l'ont rendu transparents,
L'homme est souvent victime de l'homme par la parole
A chaque feuillet les astres lui suggère le verbe
Il aime mélanger ses écrits, car il y voit la critique. 
  

Le pluriel lui convient, il a compris, la confiance est partie.
De certains qui se disent  ses amis, aujourd'hui il en  sourit 

Puisque qu'il ne voit plus rien ! faire la différence, cela s'apprend
La faire dans le silence pour saisir la pierre du salut et de nouveau...

Saisir la main tendue.

lucye 

 

Voir les commentaires

Texte:Le charabia

Publié le par lucye

Le charabia


Les vents fous, les vents doux, L'élastique infini des contraintes et des rythmes
Le ventre bleu des rêves, l'archange des soupirs, le violet clair des orages bénis
Les chants nus du silence au milieu des tornades d'été, le guetteur de rats et de rires usagés, le chant des étoiles, stratégie d'éloignement en lignes convexes, les heureux de la douceur qui bercent par  leurs absences, les pieds du temps, les mains de la mémoire, les yeux de l'eau... les doigts palmiers des gendarmes enamourés, fumer la pipe incruste des diamants au bout des pieds, des mots ! Toujours des mots ! La tricoteuse de rides est le gardien de mots. Et les oisons, les lions roses de la savane, à pattes et à plumes, à poils et à pied, le poisson à quatre pattes aussi, faire un enchaînement de situations qui feront  rire,  le jour où je serai devenu citron ou herbe verte... bref, mon encre aura pâlie  bien avant que je comprenne les quadrisyllabes ... un vers de quatre syllabes ou pieds ; pentasyllabe, celui de cinq pieds, hexasyllabe, celui de six... Je n'ai rien compris, je craque, j'arrête ! Je reste moi-même !

                                                            Lucye

Voir les commentaires

Poésie:Les jeux innocents

Publié le par lucye

 

 

 



Les jeux innocents


Je te regarde et vois mon image.
Lourde comme une enfant,
Je vois des soleils et des nuits.


Je te regarde et découvre ton âme,
Parce que simplement me murmure la vie...
Mes mains se posent sur ton visage,


Et l'ombre dessine une multitude de personnages.
Mes rêves les dissimulent car, ils sont à ma taille.
Ma foi en toi me grandit,


Merveilleuse et sereine, par le passé et l'effroi,
Choyer et sans peine, connais- tus mon émoi?.
L'outrage j'ai connu, les souffrances, les ravages,

Par des gens méconnus.
Lancer mon message, au grée de quelques  vents...
Mes oeuvres te le diront, elles voient l'horizon.

Sans partage elles subissent les outrages
L'avenir leurs donneront raison.
Jeux d'amours et de nuages
Ombres chinoises,
Je pense.

lucye

Voir les commentaires

Poésie:Espérance

Publié le par lucye


Espérance

Se laisser couler comme les herbes dans le vent,
Embrasez l'univers d'un regard d'enfant.
Cherchez dans la misère
Les chemins de demain,


Jetez dans la baie vos amours incertains.
Inondez de lumières les écrans éteints
D'une mémoire universelle et sans fin
Jouée aux dés par les humains.


Qui n'auront plus de lendemain...
Laisser vos rêves émergés  de vos contraires ambitieux,
D'une image douce, à la sensibilité des Dieux.

Laissez chanter l'aurore de votre ciel
Projection de poussières, d'amours et d'étincelles.
L'olympe s'ouvrira sur vos passions d'autrefois,
Sans cessent  heurtées par la raison et la foi.

lucye

Voir les commentaires

Texte:Pour qui ils nous prennent

Publié le par lucye

Ij2NQKcdDt6xOe0Ny8KOLg.jpg

Pour qui ils nous prennent

Slogans publicitaires, propagande bien organisée, tout est bon pour nous  récupérer. On étudie notre comportement, on le modifie au besoin, on nous flatte  pour vendre davantage. Coupez vos jupes, montrez vos fesses, changez de coiffure, mannequina pour les mamies,  Bref, tous les coups sont permis ! nous sommes tous  embrigadés, intoxiqués, matraqués. Et bienheureux celui qui, parfois peut réagir et être lui-même... la crise économique est bien là, il faut voir le prix d'un  bifteck, certains produits sont inaccessibles  pour des familles  qui sont endettées, où dont le chômage  touche le père ou la mère ! j'ai vu  des personnes ramasser des légumes par terre à la fin du marché ! il y a les nouveaux pauvres aussi, secrétaires, femmes de ménages, employés et autres qui attendent  que les casinos jettent leurs produits alimentaire, car ils seront dépassés  de date le lendemain ! c'est lamentable, quelque chose cloche en France...

lucye  

Voir les commentaires

Joyeux Noël à tous!

Publié le par lucye

 Joyeux Noël à tous !

Toute mon amitié

lucye 

   

 

 

 

Voir les commentaires

Photo:Ma photo fétiche

Publié le par lucye

photo-hotel-de-ville-2.jpg

Ma photo fétiche


J'ai oublié de vous faire voir cette photo du huit décembre, je pense à cette  personne âgée qui tenait ce flambeau, j'ai trouvé  cela tellement beau, que je l'ai prise en photo, mais c'est payant me dit-t-elle en riant, c'est pour le secours populaire! et ben! je trouve dans ma photo une petite ambiance du  temps de Napoléon Bonaparte, je ne l'ai pas connut, mais dans les livres oui, cette atmosphère est très spéciale, comme une libération, pourquoi,  pour qui, je ne  sais pas, mais vraiment,  que j'aie eu une remontée dans le temps ne m'étonnerait  pas !


lucye

Voir les commentaires

Photo:Ma passion pour les vêtements indiens

Publié le par lucye

Photo602.jpg

Ma passion pour les vêtements indiens

Voici la photo que j'ai prise à Saint-Jean, les indiens ont un tempérament, où caractère très  androgyne, on retrouve la population indienne  sur des tâches féminines et j'ai remarqué un comportement sexuellement passif envers les hommes, ils en sont les maîtres mots. J'aime ces gens, j'ai adopté deux enfants de chez eux,  leurs mentalités  s'avèrent  très différentes  à la nôtre, j'ai toujours eu cette attirance.
l

Lucye

Voir les commentaires

Poésie:L'esprit de l'homme, ou l'esprit du loup?

Publié le par lucye

dessin-par-terre.jpg

L'esprit de l'homme, ou l'esprit du loup

Dans ce champ de labour où l'hiver est tabou
Des gémissements humains sortent de la gueule du  loup.
Allongé au sol, son  esprit l'emmène hors du temps
Ses rêves de souffrances sont  dissous par les anges.

Une femme traque le loup en criant des chants
Il gît sur le sol baignant dans son sang.
Qui est ce loup aux yeux des humains qui s'en foutent?
En ce jour de Noël, regardons la misère en nous.

Dans ce champ  au soleil endormi se trouve ma poésie
Cachée dans les herbes, elle dénonce le tragique.
Le loup ne se réveillera plus, il est perdu,
Mais les hommes festoieront jusqu'à la pleine lune.

Le loup, l'homme seul, les gens de la rue, les gamins peu vêtus
Sont ignorés par des chariots d'aliments  de gens vétustes
En ce mois d'hiver où les gens seuls se terrent
Les champs sont déserts aux bruits  des hirondelles.

lucye

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>