Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #texte onirique tag

Le branle-bas de mes nuits.

Publié le par Lucie-y

Ange gardien    

       

Le branle-bas de ma nuit

 

Authenticité d’une nuit ou l’accès de mes ambitions me lancent des moqueries

Trouille monstre d’un rêve apocalyptique, dû au léger bruit de la pluie,

Bizarrerie de ma vie, où j’intercepte des mots à l’éveil, dans mon lit.

Feuillages d’automne survenant subtilement pour se parer d’armoiries

 

Obscurité d’un temple ou je me hasarde prudemment en chemise de nuit

Crinière blanche d’un étalon qui m’attend sur la marche du temps… de la vie

Regarder  l’horizon de mes émotions pour le chevaucher en m’effaçant à l’avenir

Dégringoler de mon lit abasourdi par mes péripéties qui s’achèvent en cacophonie

 

Reprendre mes esprits,  et me diriger flagada vers la cuisine l’esprit endormit;

Faire mon café et prendre la cocotte minute pour une cafetière c'est mini débile

Nettoyer mon assiette de la veille où il y a encore un bout de fromage rabougrit

Laisser tout cela de côté, et décaler tous mes rendez-vous pour me remettre au lit !

 

Lucie-y

Voir les commentaires

Collision artistique sans relais.

Publié le par Lucie-y

 

 

 

 

 

 

 

Collision artistique sans relais.

 

C'est visible, nous voyons changer la société dans notre univers,

Son apparence particulière demeure une et reste la même, comme un abcès

Elle synchronise sa rotation comme un verre d'eau qui se renverse et se disperse dans l’atmosphère

Pouvons-nous dire réellement qu'elle est semblable à la minute même ?

 

Notre terre se fatigue,  elle crie à l'agonie dans les guerres qui détruisent les artères de son globe céleste,

L'espace est très près, je le tire au quotidien avec une ficelle, car le temps file à toute vitesse

Des collisions de faisceaux de protons s'entrechoquent dans mon cerveau depuis la galère,

Je  longe méthodiquement la ligne du temps chaque seconde de ma vie en faisant le tour du monde dans mon esprit en allégresse.

 

Mon regard s'ouvre sur l’hôtel de la rédemption ou je vois le patronyme de mon père,

Les colombes suivent l’ascension des nuages ou la pluie tombe sans cesse

Le temps est revêtu d'un habit fin, je m'en recouvre avec sagesse pour poursuivre mon poème

Ah oui ! J’ai oublié de vous suggérer de venir un peux plus lire mes hypothèses sur mes lettres qui se font en ce moment la guerre !

 

Lucy-e

Voir les commentaires

Voyageuse de l'impossible.

Publié le par Lucie-y

 

 

 

4459836677_5acb277c92_z.jpg

Voyageuse de l’impossible

 

 

 J’appréhende l’insaisissable qui déjoue mes rimes sur mon imprimé,

Je cours dans une lumière magnifique pour essayer de le capturer

Happer cette irréalité impalpable et gracieuse par sa légèreté,

Je frissonne de plaisir, car le chimérique me fait courir dans mon monde de fée

 

Je touche le sol ou la vérité suivie par mes souvenirs veut me faire tomber,

L’aurore de mon cœur me conduit vers la montagne de la terre des initiés,

Amour fusant des êtres seuls dont les bras se tendent vers les fraternités

Bonheur exclusif de ma famille attentive pour leurs fidélités à m’aimer

 

Abracadabra d’une vie soucieuse de ma destinée qui ne m’a jamais lâchée,

Ne pas faire d’élongation du négatif et libérer mon futur pour enfin, m’estimer,

Ne pas faire de ylangs, et ma voie spirituelle sera une harmonie pour grimper les escaliers,

Montés vers l’insaisissable que j’essaie d’attraper, mais il vient encore de s’échapper…

 

Lucie-y

Voir les commentaires

Exode du passé.

Publié le par Lucy

 

 

 Exode du passé.

 

Ma photo

 

Mon âme s’égare dans mes réflexions et recherche le cordon ombilical,

Je respecte le passé dont la raison détient ma descendance

Exécrable lutte vers l’amour et la reconnaissance des siens

 

Mon envol est glorieux et mes rêves sont des voyages,

Pour seul compagnon des souvenirs et des échappées dans le temps;

Serais-je comprise un jour et enlèverais-je le masque qui me détient ?

 

Le visage blafard de guignol me poursuit dans les allées de ma morale,

La course vers moi-même gratifie mon univers que j’époussette en rageant

  Le miroir me désigne l’éclat du corps ou je m’allonge sur la vitre froide, enfin !

 

J’évite les confrontations d’individus imbus d’eux-mêmes aux ailes noires,

Je ne panique pas et je suis combattante sur un terrain qui devient lumineux

Mon bonheur est d’avoir vaincu le linceul d’un passé qui vient de s’éteindre.

 

Lucie-y

 

 

Voir les commentaires

Inspiration du soir

Publié le par Lucy

isis_osiris.jpg 

 

Inspiration du soir

 

 

Préciosité d’une ambiance assainie d’encens dans un temple,

Au moment où l’amour s’enchaîne en chant se cache l’éthérique

Poser sur l’hôtel du désir toute ma tendresse poétique,

Et allumer des bougies pour m’envoler vers le Dieu unique

 

 

Faire taire le silence dans un  souffle puissant,

Courir dévêtue en direction  du ciel pour adorer le zénith,

Me dévoiler et mourir au feu ardent pour écrire une musique,

Chercher Apollon pour l’immortaliser dans un baiser unique

 

 

Ha ! Envole de mes amours disparus dans l’obédience,

Défiance spirituelle dans l'en fermement de mes rimes

Apogée d’amour  d’une nature qui appartient  à  mes nuits

Mutisme absolu devant  la lumière qui éclaire ma vie

 

 

Lucie-y

 

 

Voir les commentaires

L'intemporel dans ma vie

Publié le par Lucy

 

573

 

L'intemporel dans ma vie

 

J'aime l'intemporel

Mon goût pour l'immortalité

J'ai enjambé des siècles

Et me perds dans les années

 

Prendre l'éternité par la main

Pour m'accompagner un instant

Je me croise, je me porte,

Me retrouve dans le temps

 

Je me perds dans les années,

Le vestige de mes pensées

Me projette du haut d'un escalier

Comète en folie

Rayon de soleil éclaté à l'infini

J'ai du mal à rêver

Alors, je respire

Et mon coeur se transforme

En vagues océaniques

Mes mains cachent mon visage

Mon regard se perd dans le temps.

 

Lucy

 

 

 

Voir les commentaires

Nos pensées

Publié le par lucye

 

Nos pensées

 

Nos pensées

 

Vos paroles ne sont que la photographie de vos pensées. Dès que vous les prononcez, vous leur donnez du pouvoir. Vous créez également un climat qui affecte tout ce qui vous entoure. Certains d’entre nous s’interdisent de profiter de la vie parce qu’ils ont grandi avec une “prédisposition aux fardeaux”, au lieu d’une “prédisposition aux bénédictions”. Nous disons des choses telles que “personne ne me comprend ; les gens attendent trop de moi ; personne ne m’apprécie.” David a dit : ”Je me lamentais, et mon esprit défaillait.” Il en est encore de même de nos jours ! Réflexion sur moi-même...

 

Lucye

Voir les commentaires

Mon cauchemar

Publié le par lucye

accident-velo.jpg

 

 

Mon cauchemar

 

 

Les chiens avaient froids, certains gisaient  à terre, je voyais  de la mauvaise herbe, il pleuvait à un point qu'ont ne peut imaginer. La pluie finit par cesser. À vélo, dans la nuit noire, mes roues glissaient sur la chaussée, des gouttes d'eau perlaient sur mon visage éclairé par les faibles lumières des réverbères. Je tournais en rond me retrouvant toujours à mon point de départ. Je ne voyais plus les chiens, ni la mauvaise herbe. J’entendais des cris nocturnes et des bruits d’explosifs dans la nuit ! Un danger imminent se produisait, des pas sourds se faisaient entendre ;  Effrayé je fonçais droit sur un mur, je vis une brèche  immense m’engloutir avec mon vélo. Une image effrayante dans mon esprit ! Le ciel était noir, Je me suis réveillé en sueur… Je suis vivante.

 

Lucye

 

Voir les commentaires

Marcher sans relâche

Publié le par lucye

 

Photo681.jpg

 

 

Marcher sans relâche.

 

 

Partir, encore marcher, toujours… Détours après impasses, morts après renaissances, avancer, partir.

Oser le désert, oser tous nos déserts.

Suivre le conseil éclairé du prophète, se préparer à trois heures moins le quart, au plus hasardeux des rendez-vous. Y faire la plus inattendue, la plus émouvante et la plus magique des rencontres. La rencontre de toute notre vie, la rencontre avec nous-mêmes.  Repartir alors sans plus jamais n'avoir soif, bien plus loin encore.

Marcher, sans relâche ni  repos. Étoiles après les dunes, s'arrêter d'un coup s'agenouiller, brutalement.

Harassés par la fatigue du chemin, pleurer les yeux ouverts, danser les poings fermés. Petits grains de sable perdus dans l'infinité de tous nos désirs à  venir…

Réconciliés avec nous-mêmes, savoir  apprivoiser le pas du chameau. Anonymement piétiné par des siècles de caravanes impatientes.

Apprivoiser le vent qui ne demande, qu'à danser avec nos cheveux.

Apprivoiser le sable, de nos pieds nus.

Partir et revenir de nos voyages intérieurs dans le temps.

Prendre ces avions imaginés dans nos grands espaces au gré de notre plume, et des palettes de nos peintres d’antan !

 Partir souvent,  de beaux voyages nous attendent gratuitement.

 

 

Lucye

 

Voir les commentaires

Poésie:Par delà son sommeil

Publié le par lucye

 

Andes paysage-andesitique

 

Par-delà son sommeil

 

 

Une vision de robe immaculée l'éblouie dans son sommeil, 

Un sabre d'or sort d'un filet blanc et se transforme en chameaux du sahel

Elle se frotte les yeux, car le vent du désert  l'aveugle sous son drap,

Étrange rêve de roses des sables, perdus dans une coupelle faite de  gravas 

 

Une mer argentée dans un ciel nuageux se reflète sur son mur de  craie,

Elle se voit ceinturer avec des fils  d'or, et se débat  dans son lit défait

Une page vierge s'abat violemment sur elle,  demandant d'écrire dans l'espace,

Pensée crée de cliquetis de mots, paragraphes et verbes en soulignages

 

Ses bras s'alanguissent, authenticité  d'un songe dont elle garde le reflet,

 Elle se réveille au bruit des gouttelettes  de la pluie sur ses volets,

Son regard se perd sur d'autres terres, dans sa projection tout là-bas,

Elle se revêt d'un pagne de soie, ne voyant  pas l'étoile du matin à contre-bas

 

Lucye 

Voir les commentaires

1 2 > >>